CITAL Des femmes et des hommes au cœur des métiers ferroviaires

Couvertures médiatiques

Industrie ferroviaire en Algérie : Mettre la localisation sur les rails

placeholder

Industrie ferroviaire en Algérie : Mettre la localisation sur les rails

«En matière de sous-traitance, nous sommes actuellement à 15% de taux d’intégration. Cital a réussi à mettre en contact des fournisseurs européens d’Alstom et des PME/PMI algériennes.


Des partenariats ont été établis. Les activités ont, entre autres, trait au câblage, à l’adhésivage et au pelliculage. A la 133e rame, le taux d’intégration devrait atteindre les 30% », déclarait à El Watan-Economie, en octobre 2015, Fayçal Fadel, directeur de communication de la Compagnie industrielle des transports algériens, Cital-Annaba. Où en est-on plusieurs mois après ?

Le taux d’intégration est passé à plus de 25% pour les tramways Citadis et devrait, à court terme, passer au double, a annoncé, mercredi dernier, Henri Bussey, président du conseil d’administration de l’entreprise : «Afin de créer son tissu industriel ferroviaire, Cital a choisi d’accompagner certaines PME et PMI algériennes, pour en faire des modèles gagnant-gagnant dans le domaine de la sous-traitance locale.» Un plan ambitieux a, à ce titre, été déployé pour que soient localisés au moins 30% de la valeur du tramway, précise-t-il. Objectif vers lequel Cital va à pas sûrs, puisque les premiers faisceaux ferroviaires, fabriqués par Hiolle Industrie Algérie à l’usine d’assemblage des tramways de Annaba, ont été déclinés au public lors de la cérémonie organisée le 1er juin 2016.

Cette société, dédiée au câblage embarqué, est le fruit d’un partenariat entre le Groupe français Hiolle-Industries et les entreprises algériennes Arilec-Annaba et Sofame. Ainsi, que ce soit dans les pièces de tôlerie, pièces usinées, pièces polyester, câblage, retrovision, sièges, vitrages, affichage, châssis, profilés structurels…, un réseau de sous-traitance est en train de se mettre en place autour du site Cital. En témoigne, tient à souligner M. Bussey, la livraison dans les délais d’une partie d’une première commande de composants, testés et contrôlés sur place, pour un montant de plus 100 millions de dinars. «La société Hiolle Industrie Algérie a été créée le 22 janvier 2016. Moins de 5 mois après, nous avons pu honorer nos engagements contractuels vis-à-vis de Cital. Aujourd’hui, nous sommes en mesure de câbler 4 rames/mois.

Et nous le devons à une jeune équipe composée d’ingénieurs et de techniciens algériens hautement qualifiés  que nous avons formés sur le processus de fabrication et de contrôle à l’étranger (Hiolle Industries )», se félicitait son compatriote, Jean-Michel Hiolle, le boss du groupe éponyme.

Un autre partenariat local finalisé concerne l’entreprise Méditerranée Polyester. Son homologation par Alstom, au terme d’un long travail de qualification de son process de fabrication et de ses produits, a permis à cette entreprise privée «un gain en performance qualitative — intégration du Système de management qualité et recrutement des qualiticiens... —, le passage à un niveau industriel, l’optimisation de ses structures, la qualification de son process et de ses produits aux normes internationales d’Alstom, un des leaders mondiaux de l’industrie des transports ferroviaires. Ce qui lui offre des opportunités à l’export».

Et, dans sa stratégie visant à accompagner ses fournisseurs locaux tout au long du processus de qualification de leurs produits, autrement dit, les aider à aller vers une réelle performance industrielle, Cital a jugé nécessaire d’impliquer l’université algérienne. Ainsi, Il a été sollicitée l’expertise du laboratoire du département Génie des procédés de l’université de Boumerdès. «Ce laboratoire est qualifié par Alstom, donc même les produits intégrés sont testés localement», a précisé Fayçal Fadel, porte-parole de Cital-Annaba. Localiser la maintenance, la direction et les travailleurs de la compagnie algéro-française, en ont fait un challenge non moins grand. D’après l’Entreprise du métro d’Alger (EMA), qui détient 10% du capital, Cital est présente sur les centres de maintenance d’Alger, Constantine et Oran, où interviennent près de 350 ingénieurs et techniciens algériens hautement qualifiés.

Les sites de Sidi Bel Abbès, Ouargla, Mostaganem et Sétif étant en voie d’être dotés de leurs propres ateliers : «A ce jour, 3 systèmes tramways sont maintenus par Cital : Alger depuis décembre 2010, 41 rames plus le Système de tramway et l’infrastructure, Oran depuis avril 2013: 30 rames plus le Système de tramway et l’infrastructure et enfin Constantine depuis juin 2013: 27 rames plus le Système de Tramway et l’Infrastructure», détaille M. Fadel, directeur de la communication à Cital-Annaba. 

 

Naima Benouaret

Lien : http://elwatan.com/economie/mettre-la-localisation-sur-les-rails-06-06-2016-322453_111.php